FITGIRL du mois – L’interview de Samira

Qu’est ce qui t’as fait débuter ?

En juin 2015, de retour de vacances, j’avais envie de belles photos de moi sur la plage, et en voyant les photos, je n’arrivais pas à croire que c’était moi. C’est là que j’ai pris connaissance de mon corps, de mes bourrelets, de ce gras, de cette cellulite ignoble. Ca a été un électrochoc. Je n’avais pas de grand miroir, donc je ne me voyais pas vraiment. C’est fou, aujourd’hui encore, je me demande comment j’ai pu supporter un corps comme ça. Je me cachais derrière mes grossesses, mes enfants et j’avais finis par m’oublier.

C’est là qu’en cherchant un peu, je suis tombé sur le programme Top body challenge de Sonia Tlev. Et cela a été la révélation. Oui, je pouvais penser à moi, oui je pouvais trouver du temps pour moi, et aujourd’hui, le sport est devenu un besoin vital.

 

Pourquoi le fitness a changé ta vie ?

J’aime mon corps aujourd’hui,  je l’ai tellement fait galérer de par mes grossesses (3 enfants en 2 ans et demi), par les régimes plus que privatifs qui m’avaient fait perdre pleins de kilos,et que je lâchais le mois qui suivait (parce qu’un régime tu ne le tiens pas toute une vie), par les , les soirées arrosées qui m’ont valut de reprendre le double de ce que j’avais perdu le mois d’avant… je me sens enfin en paix avec mon corps, j’apprends à l’écouter, j’ai appris à équilibrer mon alimentation.

Je me sens mieux dans ma tête, tellement plus sûre de moi.  Je me sens femme. Je me suis retrouvé.

Résultats SamiraJe prends énormément de plaisir à cuisiner. Avant, je mangeais gras, pas équilibré du tout, je me faisais entrée, plat, fromage, dessert et je n’avais même plus de plaisir à manger. Aujourd’hui, même des brocolis sont une explosion de saveur, je savoure tout ce que je mange, du mc do aux carottes. J’ai appris à manger, à aimer des aliments que je n’avais jamais voulu goûter.

Je suis tellement plus active, ce que j’aimais avant, c’était de ne rien faire. Prendre une couverture et me mettre devant la tv. Aujourd’hui, dès que je peux, je bouge, je ne supporte plus de rester sur place à ne rien faire. Je regarde encore la tv, mais je fais mes séances devant.

Et enfin , j’ai trouvé ce qui convient à mon corps, c’est ce que je cherchais, une discipline dans laquelle, je prends du plaisir, qui dessine mon corps (jamais je n ‘aurais pensé y parvenir, jamais) et surtout qui dure sur le long terme. Le fitness fait partie de ma vie. Je ne pourrais plus m’en passer.

 

Comment as-tu rencontré I Love My Popotin ?

Avec le tbc, j’ai perdu du poids, c’est top. Par contre, la perte de poids, on ne l’a cible pas. Je n’avais déjà pas de jolies fesses, mais avec la perte, c’était encore pire. J’avais remarqué, que je n’avais plus de fesses mais j’essayais de me convaincre, que c’était pas si grave. Jusqu’au jour, où mon chéri en me prenant dans ses bras, en profite pour me glisser « t’as plus de fesses, c’est vraiment pas beau ». Comment dire que quand l’homme de ta vie, te fait ce genre de remarque, tu ne peux pas faire comme ci de rien était. au départ, je lui en ai voulu, parce que ça m’a poussé à me remettre en question, à me demander, si j’allais continuer le tbc? que finalement, ce n’était pas parce qu’on perdait du poids, qu’on était mieux dans sa peau?

Finalement, j’ai cherché une autre solution, et j’ai trouvé ilovemypopotin. Je regardais, j’hésitais… Et du coup, c’est mon chéri qui m’a mis un coup de pied aux fesses en commandant l’élastique puis le programme. Comment dire… que mon chéri était là pour me motiver… Aujourd’hui, je le remercie de m’avoir fait cette fameuse remarque.

Avant de recevoir l’élastique, j’avais acheté un élastique chez décathlon, complètement inutile. Alors que dès le 1er mouvement, avec l’élastique ilovemypopotin, j’ai su, j’ai sentie, que je pouvais arriver à faire quelque chose de mes fesses.

 

En combien de temps as-tu eu des résultats ?

Résultat méthode EMA 2Je ne savais pas où j’allais, je ne savais pas ce que ça donnerait, je ne savais pas si ça marcherait… mais en faites, quand on bosse, ça ne peut pas ne pas marcher… Je n’ai pas lâché, je me suis investi quasiment tous les soirs pendant 3 mois, mon élastique, mon programme et moi dans ma chambre. Et petit à petit, mes fesses se dessinaient, et un jour en faisant des squats,, en ramenant mes bras, près du corps, j’ai effleuré mes fesses… j’ai halluciné, elles étaient là!!!!

Au fur et à mesure des semaines, je voyais du mieux déjà. Au bout de 3 mois, j’avais un joli résultat et ça évolue encore aujourd’hui.

obtenez -10% sur l’élastique fessier de votre choix avec le code : fit15

 

As-tu voulu arrêter à un moment ?

JAMAIS! Il y a eu des fois, où j’ai du prendre sur moi, pour finir la séance… Mais jamais, je n’ai eu envie de lâcher. Lorsque tu vois les résultats arriver, tu ne peux pas lâcher. C’est impossible, c’est trop motivant, t’as juste envie de voir ce que chaque séance va t’apporter de plus.

Pourquoi tu conseillerais I Love My Popotin ?

Parce que ça marche. Parce que l’élastique est l’accessoire qu’il faut avoir. Je ne pense pas que sans lui, j’aurais pu avoir d’aussi beaux résultats aussi vite. Les 2 programmes que j’ai fait (et que je continue à faire) sont super bien fait, car forcément les exercices ciblent les fesses. J’adore avoir des programmes à suivre, tu n’as qu’à faire ce qui est noté, pas besoin de réfléchir, juste besoin de transpirer. Les résultats sont là, même la cellulite s’est estompé,  je ne peux que conseiller. Je ne vois pas quoi rajouter à ça en faites.
 

Bien sûr continuer à travailler mon fessier. Depuis 2-3 mois, je cible un peu plus mon ventre. Je ne veux pas d’abdos qui se voient, mais un ventre un peu dessiner. J’ai envie de tonifier le tout, cuisses, bras, ventre… J’ai envie de muscler un peu mes cuisses (qui se dessinent déjà un peu) , perdre encore un peu des bras qui se dessinent un peu aussi… Tout en gardant, des courbes féminines… En gros, je veux continuer à tonifier, muscler, à dessiner…

Vous pouvez retrouver Samira sur instagram : @fit&bien

 

10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.